Grande distribution : de bio profits

28 Août 2019

Dans une récente étude, l’association de consommateurs UFC-Que choisir a mis en évidence les marges exorbitantes réalisées par la grande distribution sur les fruits et légumes bio.

Les grandes surfaces réalisent déjà une grosse marge sur les fruits et légumes traditionnels, en pratiquant des prix à la vente bien plus élevés que ceux, très bas, qu’elles imposent aux agriculteurs. Mais, dans le bio, les marges appliquées sont supérieures en moyenne de 75 %, en particulier sur les trois produits les plus consommés : la pomme de terre, la tomate et la pomme. Par exemple, en moyenne la marge est d’environ 2,20 euros pour un kilo de pommes bio, contre 90 centimes pour un kilo de pommes conventionnelles.

Le fait que les produits bio se conservent un peu moins bien ne suffit pas à expliquer ces différences. En réalité, les grandes enseignes ont vu dans le bio une opportunité pour racketter un peu plus leurs clients. En effet, échaudés par les scandales alimentaires à répétition, de plus en plus de consommateurs, lorsqu’ils en ont les moyens, se tournent vers le bio. Comme ils sont prêts à payer plus cher pour des produits supposés plus sains, les grandes surfaces en profitent pour charger la barque.

En définitive, les enseignes de la grande distribution appliquent au marché du bio les mêmes conditions qu’à tous les autres : payer le moins possible le producteur et faire payer le plus possible le consommateur.

Faire du profit, c’est élémentaire !

Jérémy Coelho