G7 : coûteuse mascarade

28 Août 2019

Si les hôteliers et autres loueurs de villas ont fait leurs choux gras de la tenue du G7 à Biarritz, la mise en état de siège de la ville et de sa région a largement perturbé la vie des habitants et compliqué la vie des travailleurs.

Dans les périmètres les plus proches des hôtels et du centre-ville, les habitants devaient se procurer un laisser-passer à la mairie pour pouvoir rejoindre leur domicile, de même que ceux qui venaient pour travailler, y compris les nombreux saisonniers. Il fallait compter trois heures d’attente en mairie pour obtenir le précieux sésame. Les habitants de la zone située entre l’aéroport et le centre-ville se sont vu intimer l’ordre de retirer leur voiture de la rue, et plusieurs dizaines de véhicules se sont retrouvées à la fourrière.

Le centre de rétention d’Hendaye a été vidé des migrants en situation irrégulière, déplacés ailleurs, afin de pouvoir incarcérer les manifestants anti-G7 arrêtés. Plusieurs dizaines d’avocats ont été recrutés pour assister ceux qui seraient jugés en comparution immédiate et la patinoire d’Anglet aurait même été réquisitionnée pour garder au frais d’éventuels morts !

Lors de sa demi-heure de publicité au 20 h de France 2, Macron a souligné que les commerçants de Biarritz seraient indemnisés pour leur manque à gagner occasionné par le G7. Quant aux travailleurs qui ont vu leur quotidien empoisonné ou, pour certains saisonniers, ont même dû renoncer à des journées de travail, ils devront se contenter de la satisfaction de voir le cirque du G7 plier bagage.

Correspondant LO