Rentrée scolaire : toujours plus chère

21 Août 2019

Mardi 20 août, trois millions de familles populaires ont reçu l’allocation de rentrée scolaire (ARS). Elle n’est revalorisée que de 0,3 %, bien en dessous de la hausse du coût de la vie.

Dans le primaire et le secondaire, le coût de la scolarité pèse de plus en plus dans le budget des familles populaires. Une étude démontre que le coût de toute une année scolaire peut aller de 842 à 1 128 euros pour les classes de primaire et de 1 436 à 1 542 euros pour les classes de collège et de lycée. Pour le primaire, il faut ajouter le désengagement de l’État dans le budget des communes. Pour compenser, les enseignants sont contraints de solliciter les parents pour acheter des ramettes de papier, des cahiers et autres fournitures pour la classe.

Les dépenses scolaires peuvent représenter plus de 37 % du budget de certaines familles pour le mois de septembre, et même l’engloutir complètement lorsqu’il s’agit de parents au smic ayant plusieurs enfants en section professionnelle, où les dépenses peuvent être encore plus importantes.

Pour le supérieur, une enquête publiée le 16 août par le syndicat étudiant UNEF montre des coûts en hausse. Pour l’année 2019-2020, le coût de la vie étudiante augmentera en moyenne 2,83 %, deux fois plus que l’inflation officielle. Le loyer représente à lui seul 69 % du budget étudiant, conséquence de la flambée des prix de l’immobilier. Il faut encore ajouter le transport et la restauration, en augmentation de 1,54% dans les restaurants et de 8,17 % dans les cafétérias universitaires. L’étude du syndicat UNEF révèle aussi que les femmes sont les plus impactées par la précarité et la pauvreté en milieu étudiant.

La prétendue gratuité de l’école républicaine est une fable. Et ce n’est pas ce gouvernement, occupé à distribuer les milliards pour aider les capitalistes, qui va y remédier.

Christian CHAVAUX