Macron-Poutine : un chien mouillé n’en sèche pas un autre

21 Août 2019

Le président français a reçu son homologue russe au fort de Brégançon, devant les caméras de leurs pays respectifs.

Poutine, exclu du G7 qui devait se réunir quelques jours plus tard, pour cause d’ingérence trop manifeste en Ukraine, pourra prétendre y avoir quand même dit son mot, par Macron interposé. Ce dernier pourra, lui, s’afficher en diplomate facilitant les discussions entre grandes puissances. Les deux espèrent en ressortir grandis auprès de leur opinion publique.

Après quelques piques, qui sur la répression des gilets jaunes, qui sur celle des manifestants moscovites, Macron et Poutine ont abordé les questions de politique étrangère. Les désaccords, très feutrés dans cette ambiance estivale, porteraient sur les zones de tension : Ukraine, Iran, Syrie, et jusqu’aux limites de la stratosphère, avec la guerre des étoiles. Et de conclure avec un bel ensemble sur la nécessité de résoudre les questions par la voie diplomatique.

Derrière les sourires convenus et les discours creux, il y a les représentants de deux États qui défendent leurs intérêts par la force des armes. Les exactions russes en Ukraine et en Syrie, soulignées par les médias français, n’ont rien à envier à celles perpétrées par la France au Moyen-Orient et en Afrique, même si celles-ci sont qualifiées de démocratiques.

Les deux présidents voulaient chanter en duo et se sont donc absous l’un l’autre, au moins par omission. Mais leur petite opération de relations publiques ne peut faire oublier leurs sales opérations militaires, diplomatiques et commerciales.

P. G.