Réforme des retraites : une attaque contre tous les salariés

07 Août 2019

Pour les travailleurs de la RATP ou de la SNCF qui dépendent d’un des 42 régimes particuliers de retraite, la diminution des pensions pourrait atteindre 500 euros si les préconisations du rapport Delevoye sont appliquées.

Les salariés dits des « régimes spéciaux » sont légitimement inquiets et le projet de réforme suscite de nombreuses discussions. En fait, si certains travailleurs perdront sans doute encore plus que d’autres, la réforme devrait être défavorable à l’ensemble des salariés. L’abandon du calcul de la retraite sur les 25 meilleures années pour les salariés du privé et sur les six derniers mois pour ceux de la fonction publique ou de la RATP par exemple, se traduira pour tous par une baisse des pensions.

Le rapport Delevoye explique aussi que les pensions dépendront de la situation de la Caisse de retraite. Les pensions, les conditions de départ seront ajustées pour que celle-ci soit à l’équilibre. Or, avec les licenciements, les embauches majoritairement en contrat précaire et les salaires en baisse, la situation de la Caisse a peu de chance de s’améliorer. Et puis, les patrons accepteront-ils de payer plus pour les retraites ? Au nom de la compétitivité, sous prétexte de la crise ou de tout autre prétexte, les cotisations patronales qui ont déjà baissé pourraient être encore diminuées, fragilisant l’équilibre des Caisses.

Avec l’adoption d’un système de calcul par points, le gouvernement ou ses successeurs auront directement la main pour réduire les pensions sans même devoir en passer par une réforme. Le véritable but du projet Delevoye est d’économiser sur les retraites versées. C’est une attaque contre tous les salariés qui est programmée et qui appelle la résistance de tous.

Inès Rabah