SNCF TPE – Noisy-le-Sec : comme si la chaleur ne suffisait pas !

31 Juillet 2019

En ces temps de canicule, la température grimpe dans les ateliers de maintenance et de réparation Paris-Est, en banlieue parisienne. La direction, à l’abri dans des bureaux climatisés, a refusé de réduire le temps de travail et a laissé les ouvriers suffoquer dans des ateliers surchauffés.

Quant aux travailleurs du ménage, ils ont dû continuer à s’occuper de rames laissées en plein soleil, où la température est montée jusqu’à 50 degrés lors du pic de chaleur, jeudi 25 juillet. Eux n’ont même pas eu droit à une bouteille d’eau !

Pour couronner le tout, vendredi 19 et lundi 22 juillet, alors que le mercure grimpait déjà bien, la direction a décidé de faire démarrer une locomotive diesel dans l’atelier, afin de fournir le courant nécessaire pour une des vieilles rames inox encore en service sur une partie de la région Est. Des câbles d’alimentation à 1 500 volts sont bien prévus habituellement mais, faute d’avoir habilité suffisamment d’ouvriers à leur manipulation, personne n’était là pour les brancher.

La direction n’avait même pas pris la précaution d’ouvrir les aérations en toiture, ni fait évacuer les ouvriers encore présents dans l’atelier. Plusieurs ont été incommodés par les fumées et l’un d’eux, intoxiqué, a été en arrêt les jours suivants.

La direction paye depuis quelque temps un responsable sécurité de l’entreprise Dupont de Nemours pour tourner dans l’atelier. Il ne se prive pas de faire rappeler à l’ordre les ouvriers qui ne portent pas leurs équipements de sécurité. Mais il n’a rien à redire à l’exemple d’irresponsabilité donné par la direction.

Correspondant LO