Renault – Douai : liquidation des emplois… et des bus

24 Juillet 2019

En 2021, l’usine de Douai fabriquera deux nouveaux modèles de voitures électriques. En effet les modèles actuels, Talisman, Espace, Scénic, se vendent moins qu’avant et les périodes de chômage technique se sont multipliées.

La direction en profitera pour exiger plus tard des jours fériés et des samedis travaillés, des dépassements d’horaires, en utilisant son système de compteurs temps. Mais en attendant elle renvoie des intérimaires. Il y a un an et demi, ils étaient plus de 1 000, ils sont moins de 400 aujourd’hui. Certains ont été renvoyés sous prétexte qu’ils ne tenaient pas le poste sur lequel ils étaient depuis plus d’un an ! D’autres sont partis d’eux-mêmes parce que le mépris envers eux était trop grand.

La direction a annoncé à partir de septembre une seule équipe pour le Montage et la Peinture, au lieu des deux équipes actuelles. L’horaire sera de 7 h à 14 h 53. Cela aurait pu être une amélioration, tant le travail en équipe est usant, mais en fait la cadence va s’accroître avec 60 véhicules à l’heure et avec moins de monde, puisque la fusion des deux équipes se fera en supprimant beaucoup d’intérimaires. Le travail sera plus dur pour ceux qui restent, pendant que les intérimaires seront nombreux à se retrouver au chômage.

La direction a aussi annoncé la suppression des bus de ramassage, y compris pour les secteurs qui restent en équipe. Cela va poser des problèmes de transport à tous ceux qui viennent de loin. Il y a eu quelques débrayages et surtout le mécontentement était perceptible. Pour faire passer la pilule, la direction a promis le maintien de deux lignes de bus, pour tenter de desservir une partie des arrêts des huit lignes précédentes.

Une ligne fera 50 km avec 13 arrêts et l’autre 35 km avec 21 arrêts. Cela implique une énorme amplitude horaire. Le parcours le plus long partira à 5 h 30 et reviendra à 16 h 30. Soit une journée de 11 heures pour 7 h 50 de présence à l’usine ! Et le bus coûtera plus cher qu’actuellement aux salariés. Que se passera-t-il si, suite à cela, moins de travailleurs prennent le bus ? La direction de Renault en prendra-t-elle prétexte pour supprimer complètement le ramassage ?

Ces annonces ont été faites juste avant le départ en congés, ce qui a sans doute évité à la direction des réactions plus dures des travailleurs. Mais il faudra régler les comptes à la rentrée et obliger la direction à abandonner ses manœuvres.

Correspondant LO