La Suède, un modèle… pour les patrons

24 Juillet 2019

Pour défendre la réforme des retraites qui est en train d’être discutée, politiciens et médias, à la suite de Macron qui avait régulièrement pris cet exemple pendant sa campagne, aiment parler du modèle suédois.

En 1993, la Suède a subi une crise économique importante due à l’effondrement de son marché immobilier. Et le gouvernement social-démocrate de l’époque, après des concertations avec les partis de droite et du centre, a transformé le système de retraite par répartition en un système de retraites à points, complété par une partie capitalisée dans des fonds de pension. La réforme a été votée en 1999 et mise en place petit à petit. Le montant de la pension touchée provient d’un obscur calcul à partir du nombre de points cotisés mais aussi de l’espérance de vie moyenne au moment du départ à la retraite et de la conjoncture économique, et tous les ans, en février, les Suédois reçoivent une enveloppe orange dans laquelle ils apprennent la pension qu’ils pourraient avoir à la retraite sur la base des différentes hypothèses de croissance.

L’âge nécessaire pour pouvoir toucher une pension avait été fixé à 61 ans, mais l’âge de départ effectif moyen est vite passé à 65 ans. Et en 2017 une nouvelle réforme a fait passer cet âge minimum de départ à 64 ans.

Vingt ans après la mise en place du nouveau système, la pension des retraités équivaut en moyenne à 53 % de leur dernier salaire, contre 60 % en 2000. Un retraité sur cinq vit sous le seuil de pauvreté. Une étude de 2017 a montré que 72 % des hommes et 92 % des femmes auraient eu une meilleure retraite avec l’ancien système. Ce sont les femmes, avec des carrières souvent interrompues, qui font le plus les frais de ce système. Alors, beaucoup de retraités travaillent pour compléter leurs pensions insuffisantes. Des centaines d’agences d’intérim sont spécialisées dans le travail des seniors. L’avantage pour les patrons c’est qu’ils n’ont pas de cotisations à payer !

De plus, ce système est apprécié par les entreprises parce que le niveau des cotisations patronales reste toujours stable. En effet les pensions s’ajustent automatiquement en fonction des cotisations collectées. Lorsqu’il y en a moins, suite à une augmentation du chômage par exemple, les pensions de tous les retraités baissent, ce qui est déjà arrivé deux fois depuis vingt ans.

Le modèle suédois c’est donc travailler de plus en plus longtemps pour des pensions de misère, dont on ne connaît même pas le montant à l’avance et qui peuvent baisser. En Suède comme en France, c’est révoltant !

Élisa Caron