Distribution : Leclerc à l’amende ?

24 Juillet 2019

Dimanche 21 juillet, le ministère des Finances a indiqué qu’il allait réclamer 117 millions d’euros à Leclerc pour pratiques commerciales abusives.

Une enquête menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mis en évidence que Leclerc aurait utilisé une centrale de Belgique, Eurelec Trading, partagée avec un groupe allemand de la distribution, pour contourner la loi française et imposer des baisses de tarifs très importantes, sans contrepartie, à certains de ses fournisseurs.

Parmi les « pauvres » fournisseurs, on trouve des géants de l’agroalimentaire, représentés par les marques Danone ou Pepsi. On comprend mieux du coup pourquoi l’État s’en prend à Leclerc. Quand ce sont de petits producteurs de lait qui s’attaquent à la grande distribution, il est en général moins réactif.

Leclerc compte bien contester cette amende, comme il conteste déjà celle de 100 millions d’euros à laquelle il était condamné en 2018 pour avoir imposé une remise additionnelle de 10 % à une vingtaine de ses fournisseurs.

Entre la grande dis­tribution et les gros industriels de l’agroalimentaire, c’est le bras de fer permanent pour le partage du profit. Avec cette amende, l’État a penché du côté des industriels. Peut-être penchera-t-il d’un autre côté une autre fois, mais ce n’est sûrement pas du côté des consommateurs et des tout petits producteurs.

D.M.