Hausse de l’électricité : usagers détroussés

10 Juillet 2019
Après la hausse de 5,9 % du 1er juin, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a de nouveau frappé. Une hausse d’un peu plus de 1 % aura lieu le 1er août.

La CRE est une instance prétendument indépendante, mais qui est dans les faits un organisme d’État, en tout cas indépendante de la population et incontrôlée par elle. C’est la CRE qui propose les augmentations. Celle du 1er juin, proprement scandaleuse, avait en partie pour fonction de permettre aux concurrents les moins performants d’EDF de continuer à exister grâce à cette augmentation des tarifs.

Ce qui était prévu au départ par la CRE, c’était la hausse de 5,9 % en début d’année, six mois avant celle de 1 %. Mais l’affaire des gilets jaunes a obligé le gouvernement, et donc la CRE, à décaler l’annonce des 5,9 % au 1er juin, seulement deux mois avant l’annonce des 1 %, laquelle a été maintenue.

La raison avancée pour cette nouvelle augmentation, c’est la maintenance du réseau de transport électrique. Maintenant qu’EDF est devenue une entreprise éclatée en plusieurs sociétés différentes, les augmentations viennent de plusieurs côtés. Si le réseau doit évidemment être maintenu en état, en quoi les usagers doivent-ils être rançonnés ?

Car, il faut remarquer qu’EDF, malgré les énormes déboires financiers de l’EPR, affiche tout de même 1,2 milliard de bénéfices pour l’année 2018. C’est moins que les années précédentes (autour de 3 milliards), mais c’est dû à des facteurs conjoncturels. Le PDG est confiant et il déclarait en début d’année : « Nous avions annoncé un rebond [financier], nous avons réalisé ce rebond. » Mais ce sont les usagers qui ont été mis à contribution pour le financer.

André VICTOR