Take Eat Easy : une victoire pour les livreurs

03 Juillet 2019

Le conseil de prud’hommes de Paris a donné raison à quatre livreurs de l’ex-plateforme Take Eat Easy qui réclamaient le statut de salariés.

Ce jugement leur ouvre le droit à des indemnités pour le manque à gagner lors de leur licenciement. En effet la faillite de la plateforme en 2016 avait jeté sur le carreau plusieurs centaines de coursiers sans indemnité de licenciement et, comme ils avaient le statut d’autoentrepreneurs, ils ne pouvaient pas non plus prétendre à l’Assurance de garantie des salaires qui couvre les salariés d’entreprises en liquidation.

Dans ce type de travail, où les donneurs d’ordres sont des plateformes en ligne, les coursiers ont le statut d’autoentrepreneurs, sans réelle protection sociale. Mais lors du procès les avocats ont mis en avant le fait que les dirigeants de Take Eat Easy les contrôlaient par géolocalisation et leur appliquaient un système de sanctions, ce qui marquait clairement un lien de subordination.

En juin, 38 coursiers ont vu ainsi leur statut requalifié en celui de salarié. En outre, depuis deux ans, ces travailleurs ont commencé à se regrouper en collectifs ; ils ont appelé à plusieurs reprises à manifester et ont mené des grèves, comme chez Deliveroo, pour s’opposer à une exploitation digne du 19e siècle, dans des entreprises qui se vantent d’appartenir à la « nouvelle économie ».

Marianne LAMIRAL