SNCF – Orne : une fermeture de gare peut en cacher une autre

03 Juillet 2019

À Argentan dans l’Orne, la menace de fermeture d’un des deux guichets de la gare a suscité une forte inquiétude.

Après avoir démenti, la SNCF a admis qu’un projet est à l’étude, après que le maire a reconnu avoir été contacté pour une éventuelle récupération des surfaces disponibles en cas de fermeture des guichets.

Dans le département, plusieurs gares ont déjà fermé leurs guichets ces dernières années, comme à Sées près d’Alençon et aussi à Briouze, chef-lieu de canton proche d’Argentan, où le dernier guichet a fermé le 1er janvier.

À Alençon, dont l’agglomération compte 50 000 habitants, les horaires d’ouverture en semaine ont été drastiquement réduits. Puis, début juin, la SNCF a annoncé la fermeture des guichets de la gare le week-end. Il faut désormais s’adresser à un agent dit polycompétent qui, entre autres tâches, circulera dans la gare avec un appareil mobile. Seuls les détenteurs d’une carte de paiement électronique pourront être servis et les espèces ne seront plus acceptées.

À Argentan, ville de 14 000 habitants, les cheminots et les usagers ont donc toutes les raisons de s’inquiéter. Un collectif de défense des axes ferroviaires sud-Normandie a été créé et appelle la population à se mobiliser contre les réductions incessantes des frais de fonctionnement imposées au chemin de fer, dont pâtissent les cheminots et les usagers. Il n’y a que cela qui peut faire reculer la SNCF, exécutante des projets gouvernementaux.

Correspondant LO