Renault – Flins : intérimaires et embauchés baissent les fourches et relèvent la tête

03 Juillet 2019

En Tôlerie, la plupart des caristes, plus d’une dizaine, en majorité intérimaires, ont débrayé contre le manque d’effectif et parce qu’ils étaient indignés par une sanction contre l’un d’entre eux.

Ce secteur gère le transport des tôles de toute l’usine, entre l’emboutissage et l’assemblage. L’effectif est toujours en dessous de ce qui serait nécessaire, au point d’obliger depuis plusieurs mois le chef lui-même à conduire les chariots.

Ce qui a décidé les travailleurs à réagir, c’est la mise en fin de mission d’un intérimaire, présent depuis 15 mois et qui devait rester jusqu’en août. Cette décision a été prise par un grand chef hautain, qui pense pouvoir imposer ses volontés, après un accrochage entre ce camarade intérimaire et une RH.

Le débrayage a commencé vendredi après la pause du matin. Très vite, le grand chef n’en menait pas large de voir les ouvriers, intérimaires et embauchés, solidaires. Le risque que ça continue après le week-end, et peut-être contamine les nombreux autres secteurs où les effectifs sont insuffisants, a fait reculer la direction. Elle s’est engagée à prolonger le contrat du camarade, comme c’était convenu, jusqu’à la fermeture d’été.

Les travailleurs de l’équipe et aussi d’autres qui ont suivi les événements sont fiers d’avoir empêché une injustice.

Correspondant LO