Hôpitaux : mobilisation pour les salaires et l’emploi

03 Juillet 2019

Un millier de travailleurs des hôpitaux ont manifesté mardi 2 juillet à Paris en direction du ministère de la Santé, à l’appel des syndicats et du collectif Inter-Urgences.

Le cortège dynamique était composé essentiellement de soignants des services d’urgence, mais aussi travaillant dans d’autres services hospitaliers souffrant tout autant du manque de personnel et de moyens.

Aux grévistes des Urgences parisiennes se sont joints leurs collègues de différentes régions. En effet le mouvement, parti de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris en mars, continue à s’étendre et touche à présent plus de 150 services d’urgence.

Leurs revendications, auxquelles la ministre Agnès Buzyn refuse encore de donner droit, sont claires. Il faut former et embaucher massivement des soignants dans tous les services qui sont débordés par l’afflux de patients, et cela d’autant plus que les hôpitaux, étranglés financièrement par les gouvernements successifs, ont supprimé beaucoup d’emplois ces dernières années. Il faut augmenter les salaires de 300 euros par mois, car ils sont gelés depuis bien trop longtemps. Il faut arrêter de fermer des services, des maternités, voire des hôpitaux.

Toutes ces revendications ont été rappelées devant le ministère par des délégations de différents hôpitaux de province et de la région parisienne. Des passants ont également pris la parole pour témoigner de leur vécu et apporter leur soutien au personnel.

Le gouvernement voudrait que les travailleurs hospitaliers acceptent en silence de faire les frais de sa politique de restriction des dépenses de santé. Les travailleurs des Urgences en ont décidé autrement.

Lucien DÉTROIT