Chronopost – Alfortville : les sans-papiers continuent la lutte !

03 Juillet 2019

Des travailleurs du Collectif des travailleurs sans papiers de Vitry, renforcés par d’autres sans-papiers, continuent la lutte engagée le mardi 11 juin. Ils exigent les documents nécessaires à leur régularisation ainsi que l’embauche par La Poste de ceux qui sont employés par les sociétés d’intérim fournissant la main-d’œuvre aux entreprises sous-traitantes.

En effet, pour les opérations de tri, La Poste et sa filiale Chronopost font appel à des entreprises telles que Derichebourg et Globe Express qui, à leur tour, font appel à des sociétés d’intérim qui, elles-mêmes, en utilisent d’autres. Au bout de cette cascade de sous-traitance, il y a des travailleurs sans papiers qui embauchent à 3 heures du matin dans l’entrepôt de Chronopost à Alfortville, où ils déchargent les camions et trient les colis jusqu’à 7 h 30.

Depuis le 11 juin, une quinzaine d’entre eux occupaient le parking intérieur de Chronopost, dormant sur le sol en ciment, sans même une toile de tente, arrachée dès le début par les vigiles les surveillant nuit et jour avec un chien. Leurs camarades, rassemblés de l’autre côté des barreaux de la porte cadenassée, les ravitaillaient en nourriture et en eau, avec quelques bouteilles de plus pour une toilette minimum.

Rien n’entamait leur détermination et, le soir du 21 juin, une Fête de la musique improvisée a rassemblé devant les grilles plus de 200 travailleurs africains et quelques syndicalistes. Au slogan traditionnel : « On vit ici, on bosse ici », ils ont pu ajouter « et on danse ici, on chante ici ! »

Il a fallu une décision du juge des référés de Créteil ordonnant, le 26 juin, l’évacuation des travailleurs se trouvant à l’intérieur du site pour que ces derniers mettent fin à leur piquet de grève et sortent rejoindre ceux se trouvant à l’extérieur. Mais cela ne se fit qu’après d’âpres discussions, la majorité des sans-papiers craignant qu’une intervention policière les empêche de sauvegarder le véritable « camp de base » établi sur le trottoir.

Depuis, jour et nuit, toujours dans des conditions difficiles encore aggravées par la canicule, ce camp tient bon. Il rassemble jusqu’à 150 personnes, dont une centaine chaque nuit, certains venant même dormir sur le trottoir pour soutenir leurs camarades, avant de repartir au travail à 5 ou 6 heures du matin. Un tel engagement, une telle détermination forcent le respect et ont attiré le soutien de syndicats, de militants ainsi que de personnes isolées qui contribuent à fournir l’eau, la nourriture ou l’argent nécessaire à l’élaboration des repas collectifs.

Mardi 2 juillet, une réunion a eu lieu à la mairie d’Alfortville en présence d’un représentant de la préfecture du Val-de-Marne chargé des questions liées à l’immigration et qui donc, à ce titre, signe pour le préfet les OQTF (obligations de quitter le territoire français). Affirmant n’avoir aucun pouvoir, il a renvoyé la délégation des travailleurs sans papiers à la circulaire Valls, sachant pertinemment que celle-ci conditionne la régularisation à la délivrance d’un document par l’employeur… ce que refusent justement aussi bien Chronopost que ses sous-traitants !

La détermination des 170 travailleurs partis du « camp de base » en manifestation pour se rendre à la mairie, pendant que des dizaines d’autres assuraient la garde du camp, ne faiblit pas. La perspective, c’est le renforcement du mouvement.

Correspondant LO