Centre Hospitalier Calais

03 Juillet 2019

Le personnel des Urgences du centre hospitalier de Calais (CHC) a décidé à la majorité de répondre à l’appel national à la grève du 2 juillet, lancé par le collectif Inter-Urgences et les syndicats CGT, FO et Sud.

Les médecins du service se sont également déclarés en grève, car eux aussi veulent pouvoir faire correctement leur travail ; ils veulent qu’il y ait plus de médecins, plus de lits, et que les Urgences puissent fonctionner 24 heures sur 24.

C’est le mouvement qui s’est renforcé dans le pays qui a décidé le personnel à se déclarer en grève. Lorsque les agents arrivent le matin, le service est déjà plein, non seulement avec les patients arrivés la nuit mais avec ceux qui, depuis la veille, attendent toujours qu’un lit se libère dans les autres services, eux-mêmes surbookés. Il y a de quoi être excédé de faire attendre les patients pendant des heures sur des brancards, mais aussi, faute de brancards, de devoir choisir qui y installer, en laissant les autres sur des chaises et, en prime, de devoir faire face à l’exaspération souvent compréhensible de patients aussi mal traités.

Les grévistes ont été réquisitionnés, mais ils ont scotché sur leur blouse une étiquette « en grève ». Ils sont soutenus par les militants de la CGT. Des banderoles, slogans et drapeaux sont affichés à l’entrée des Urgences. Ils sont mobilisés pour solliciter les médias afin de faire savoir qu’ils sont en grève, qu’ils partagent les revendications du mouvement, et qu’ils dénoncent la situation des Urgences.

Correspondant LO