Centre d’appel Armatis – Caen : second débrayage

03 Juillet 2019

Fin juin déjà, une cinquantaine de salariés d’Armatis, à Caen dans le Calvados, avaient débrayé pour exprimer leur ras-le-bol des conditions de travail et de salaire dans ce centre d’appels de plus de 600 personnes.

À Armatis, le travail est pénible de façon générale, surtout nerveusement, et de nombreux salariés sont contraints de démissionner pour y échapper. Du coup, le turn-over est important. Les heures supplémentaires obligatoires sont légion, suite à une nouvelle organisation imposée par la direction. C’est la pression exercée par les managers qui a fait déborder le vase.

Les travailleurs d’Armatis ont décidé de lutter collectivement. De nouveau, un débrayage a eu lieu mercredi 26 juin, toujours à une cinquantaine. Face à une direction qui ne recule sur rien, tous ont voté de continuer l’action la première semaine de juillet.

Correspondant LO