À Rennes, une convocation qui ne passe pas

19 Juin 2019

Vendredi 14 Juin, à la PIC Armorique, un postier du secteur Relevage de courrier des entreprises était convoqué par la direction. Son crime était d’avoir osé dénoncer le fait que l’encadrement s’était permis de faire rester des alternants gratuitement après la fin d’une vacation, pour rattraper du tri en retard.

Au moment de l’entrevue, les postiers de ce service ont décidé en majorité d’accompagner leur camarade. Ils ont manifesté dans le hall et se sont mis en grève. La direction a dû reporter l’affaire.

À la PIC Armorique, ce n’est pas la première fois que des postiers subissent des pressions individuelles en étant convoqués dans un bureau. Les jeunes embauchés sont particulièrement visés, car les patrons de la PIC voudraient leur inculquer la culture d’entreprise et font tout pour les dissuader de contester et bien sûr de faire grève. Cette fois-ci, ils sont tombés sur un os. Ils ont dû ravaler leur prétention face à des travailleurs, jeunes et moins jeunes, fiers de montrer leur solidarité.

Comme tous le disaient, cela fait du bien ! Pour mettre au courant tous les postiers de la PIC des raisons de leur grève, ils se sont aussi adressés par tracts aux autres services. Leur réaction collective a été ressentie par beaucoup comme un encouragement à ne pas se laisser faire face à l’autoritarisme des patrons de La Poste.

Correspondant LO