Itirémia – Marseille : toujours plus… de travail, pour un petit salaire !

19 Juin 2019

Les employés d’Itirémia, à la gare Saint-Charles de Marseille, se sont mis en grève le 11 juin contre la dégradation de leurs conditions de travail et de salaire. Mardi 18 juin, ils continuaient leur mouvement en manifestant chaque jour dans la gare.

La SNCF utilise cette société sous-traitante, rachetée récemment par Samsic, un leader des services aux entreprises avec 90 000 salariés, pour tirer sur les coûts.

À une vingtaine, les travailleurs d’Itirémia doivent assurer de plus en plus de tâches en se relayant de 4 h 30 du matin au lendemain à 1 heure du matin : chargement et déchargement des colis, des envois de La Poste, du Sernam, des bagages des groupes, des voitures de l’auto-train. Ils gèrent la consigne et les objets trouvés. Ils assurent l’accompagnement des personnes à mobilité réduite, leur permettant de prendre le train dans de bonnes conditions.

La suppression des primes alors que certains salaires plafonnent à 1 200-1 300 euros, le mépris de l’encadrement, la charge de travail qui augmente sans cesse, c’est tout cela qui a fait monter la colère.

Les employés se sont mis en grève à la quasi-unanimité pour obtenir l’amélioration de leurs conditions de travail et de management, ainsi qu’une revalorisation des primes. À ce jour, ils tiennent bon.

Correspondant LO