BTP : deux morts pour le profit

19 Juin 2019

Le 7 juin, deux ouvriers sont morts, leur nacelle s’étant décrochée sur un chantier à Épinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis. Ils travaillaient sur une installation thermique au 18e étage.

La veille, des vents violents avaient soufflé sur le chantier mais l’autorisation de travailler le samedi avait quand même été délivrée, la météo s’annonçant plus clémente. Le chantier est maintenant suspendu et l’enquête a déjà montré que ces deux ouvriers étaient des sans-papiers, un Marocain et un Algérien, employés comme souvent par des sociétés sous-traitantes.

Perdre sa vie à la gagner, c’est le risque que courent tous ces travailleurs du bâtiment dans un secteur dangereux. Entre 2010 et 2014, selon les chiffres de la Cnam-TS (Caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés), 1 008 travailleurs du BTP sont morts d’accidents du travail, de maladies professionnelles ou d’accidents de trajet. Les enquêtes, toujours très longues, pointent rarement du doigt les vrais responsables, ces grosses entreprises du bâtiment qui emploient régulièrement des travailleurs sans papiers, font appel à des sociétés de sous-traitance sur des chantiers dangereux, où la sécurité est loin d’être la priorité.

Cédric DUVAL