Bientôt une guerre francocorico-turque ?

12 Juin 2019

Lors du match de football Turquie-France, samedi 9 juin, l’hymne et les joueurs français ont été sifflés par une partie des tribunes du stade de Konya, où avait lieu la rencontre. Marine Le Pen a dénoncé « une honte, un affront et l’inverse des valeurs de fair-play », tandis que Jordan Bardella s’est indigné : « Assez de se faire marcher dessus impunément ! » Macron, « ému que l’hymne soit sifflé », a embrayé, jugeant cela inacceptable. Pécresse a réclamé des sanctions. La fédération turque a beau avoir formulé des excuses, l’incident diplomatique menace.

En réalité, seule une petite partie des supporteurs ont hué l’hymne français, tandis que la majorité du public réclamait l’arrêt des sifflets. Même le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, a estimé que, pour lui, il n’y avait pas d’incident.

Les sifflets contre l’adversaire sont fréquents dans les stades. À peu près aussi fréquents que les accès de démagogie cocardière des politiciens français.

M.B.