28 mai, mobilisation des femmes pour le droit à l’IVG

12 Juin 2019

La veille de la mobilisation ouvrière, le 28 mai, les femmes occupaient la rue, là aussi de façon massive, dans ce qu’on appelle « la marée verte » ; les manifestantes brandissent un foulard vert exigeant le droit à l’avortement légal, sûr et gratuit.

Le projet de loi voté par les députés mais rejeté par le Sénat en 2018 n’a pas brisé la mobilisation. La Campagne nationale pour l’avortement légal propose un nouveau projet de loi, le huitième, et les femmes luttent pour l’imposer.

Chaque année, 500 000 femmes argentines avortent clandestinement et 50 000 d’entre elles connaissent de graves complications. Plusieurs affaires ont montré que les anti-IVG n’hésitent pas à s’opposer à la mise en pratique des rares autorisations d’avorter résultant de la loi de 1921, qui permet l’avortement en cas de viol ou de danger pour la santé de la mère. Les anti-IVG montrent le plus grand mépris pour la santé et même la vie des femmes. Mais, pour celles-ci, ce sont autant de raisons de se mobiliser pour imposer leur droit à l’avortement.

J.F.