Union européenne : le droit des pauvres est un mot creux

05 Juin 2019

Alors que des migrants périssent chaque jour en Méditerranée en essayant de gagner les côtes de l’Europe, deux avocats ont porté plainte contre l’Union européenne à ce propos, l’accusant de crime contre l’humanité.

Ces avocats accusent l’UE d’avoir délibérément laissé des milliers de personnes périr, afin d’en dissuader d’autres de tenter l’aventure. Ils l’accusent également d’avoir envoyé aux mains des gangsters libyens des dizaines de milliers de migrants, les exposant ainsi aux pires traitements. Ces accusations sont étayées par des faits, des images et des témoignages connus de tous et que les médias ont rapportés en leur temps. Les avocats insistent sur le côté intentionnel de l’action, ou de l’inaction, de l’Union européenne, ce que les ONG qui portent secours aux migrants dénoncent depuis toujours.

La plainte a été déposée devant la Cour pénale Internationale (CPI). Cette juridiction internationale, instituée en 2010 et censée juger les crimes contre l’humanité, n’a jusqu’à ce jour jugé que les criminels que les grandes puissances lui ont désignés. Aucun des crimes directement commis par ces dernières, pas plus que leurs responsabilités dans des affaires jugées, n’a jamais été évoqué. Les tentatives de saisir la Cour pénale internationale sur la question des migrants, de leur sort et du véritable cimetière qu’est devenue la Méditerranée n’ont jamais abouti.

La plainte déposée est plus que justifiée et les terribles faits dénoncés sont avérés. Malheureusement, on attend encore le tribunal qui pourrait rendre justice aux très nombreuses victimes. Dans ce monde, les puissants font la loi, disent le droit et même « Dieu marche à leur côté », comme le chantait Bob Dylan.

Paul GALOIS