Les Républicains : une dégringolade annoncée

28 Mai 2019

Avec un score de 8,48 % et arrivant en quatrième position, le parti Les Républicains, héritier des grands partis de la droite traditionnelle, a subi une dégringolade sans précédent. On est loin des 21 % recueillis par l’UMP en 2014...

Ce parti, comme les autres qui ont été associés depuis des dizaines d’années à des gouvernements au service de la classe capitaliste, a subi l’usure du pouvoir. Mais de plus, dans cette élection, LR était assis entre deux chaises et la chute n’en a été que plus prévisible. Durant sa campagne, le parti a en effet zigzagué entre des thèmes s’adressant aux électeurs RN et d’autres s’adressant à ceux de Macron. En conséquence, il en a perdu par les deux bouts.

Du côté des électeurs bourgeois traditionnels, dont les valeurs morales se basent sur l’épaisseur de leur portefeuille et qui se reconnaissent dans tout bon gestionnaire de leurs intérêts, Les Républicains ont été doublés par LREM, le parti de Macron. Depuis deux ans que ce dernier est au pouvoir, il a donné bien des preuves de sa servilité vis-à-vis du grand patronat et plus généralement des plus riches. Il est même allé plus loin et plus vite dans ses attaques contre la classe ouvrière que n’avaient osé le faire les vieux partis de droite.

Quant à l’autre volet des thèmes de campagne développé entre autres par Wauquiez, l’ultra-nationalisme, la fermeture des frontières, les attaques contre les immigrés et plus généralement contre la classe ouvrière, le Rassemblement national de Le Pen en a fait son fonds de commerce depuis bien plus longtemps que Les Républicains et, une fois de plus, les électeurs ont montré leur préférence pour l’original face à la copie.

Ainsi, la droite traditionnelle a peut-être fait son temps ; il est vrai que c’est au profit de requins aux dents tout aussi longues.

Marianne LAMIRAL