Hôpital de Beauvais : les Urgences en grève

22 Mai 2019

Entamée lundi 13 mai, la grève des Urgences du centre hospitalier Simone Veil de Beauvais, suivie par la moitié du personnel concerné est entré dans sa deuxième semaine.

Comme dans tout le pays, les Urgences de Beauvais sont au bord de l’explosion. Le nombre de patients est passé de 120 à 180 passages par jour, avec un effectif stable. Il manque huit médecins. Faute de personnel, les patients sont parfois livrés à eux-mêmes sur des brancards. Il n’est pas rare qu’une infirmière cumule deux services pour remplacer une collègue, et les rappels sur les jours de repos sont monnaie courante. Sur l’ensemble de l’hôpital, 2 250 jours de RTT n’ont pu être pris par les agents en 2018, et 123 315 heures supplémentaires non rémunérées, non récupérées, ont été recensées. La direction veut bien accepter de les payer… à partir de la 400e heure : il faudrait travailler gratis pendant trois mois pour se voir payer la première heure supplémentaire.

Les effectifs sont tellement serrés que tout le personnel en grève est « assigné » d’office et doit donc assurer son service. Les grévistes se rassemblent régulièrement devant l’hôpital, distribuant des tracts et faisant signer une pétition qui a recueilli en 48 heures plus de 3 000 signatures. D’autres actions sont prévues dans la semaine, et les grévistes envoyaient une délégation à l’assemblée Inter-Urgences du samedi 25 mai à Paris.

Alors que le personnel des Urgences réclame cinq postes supplémentaires, la direction n’en propose qu’un, et encore en le prélevant sur un autre service. Car, dit le directeur, « Je n’ai ni chéquier ni caisse noire » pour répondre aux demandes.

Mais si, le chéquier et la caisse noire existent, les Pinault et autres Bernard Arnaud les ont sortis pour Notre-Dame !

Correspondant LO