Nos lecteurs écrivent : le train était à l'heure

15 Mai 2019

Je prends régulièrement le train à Pont-sur-Yonne, non loin de Sens, en direction de Paris. Or, depuis le 1er décembre 2017, la gare a fermé, bien que les trains y marquent l’arrêt. Les voyageurs doivent donc prendre leur billet sur une borne installée sur le quai. Cependant, seule la carte bancaire est acceptée comme moyen de paiement.

C’est ainsi qu’un jeune homme qui parlait le français avec difficulté et qui se rendait à la gare de Montereau, à trois stations d’écart, a tenté d’acheter un billet. Ne disposant pas de carte bleue, et n’ayant que de l’argent liquide, acheter un billet lui a donc été impossible.

En pareil cas, auparavant, il était cependant possible d’acheter un billet dans le train, à condition de se mettre à la recherche du contrôleur. Il est donc monté dans le train, mais les contrôleurs lui ont répondu que le règlement avait changé, et que désormais les voyageurs devaient être munis d’un billet en montant à bord, sous peine d’une amende de 50 euros.

Le « coupable » s’est ainsi retrouvé entouré d’une équipe entière d’agents de la SNCF. L’un des contrôleurs a même prétendu qu’il fraudait, puisqu’il aurait pu acheter un ticket avec des pièces. Je suis intervenu pour défendre le jeune homme, car c’était faux : à la gare de Pont-sur-Yonne, la borne n’accepte pas l’argent liquide.

Cette attitude de la SNCF, qui considère tous les voyageurs comme des fraudeurs en puissance, ne passe pas. Une des salariées SNCF m’a d’ailleurs fait part de son malaise par rapport à ce nouveau règlement injuste qui les met en porte-à-faux vis-à-vis des voyageurs.

En fin de compte, les contrôleurs ont forcé le jeune voyageur à descendre à la gare de Villeneuve-la-Guyard, où il y avait, d’après eux, une borne prenant des pièces de monnaie. Ils l’ont donc contraint à attendre deux heures de plus avant d’avoir le train suivant.

Pour une fois que le train était à l’heure !

Didier M.