Formation professionnelle : un prétexte et un pactole

17 Avril 2019

Si Macron avait lancé, plein de mépris, « Je vous trouve du travail en traversant la rue », les patrons, eux, se plaignent de ne pas trouver de main-d’œuvre qualifiée immédiatement disponible. Comme leurs désirs sont des ordres, le gouvernement a lancé un énième plan de formation, dit Plan investissement compétences.

Avec ce plan, le gouvernement prétend former un million de jeunes sans qualification ou chômeurs de longue durée d’ici la fin du quinquennat. La ministre du Travail Muriel Pénicaud a fait la tournée du pays pour signer un pacte avec chaque région, dont une part importante du budget est déjà consacrée à la formation professionnelle. L’État ajoutera 6,5 milliards d’euros aux 4,2 milliards d’euros déjà dépensés chaque année par l’ensemble des régions pour la formation.

Prétendre former les chômeurs pour supprimer le chômage est une vieille rengaine de tous les gouvernements depuis les années 1970 et l’installation durable du chômage de masse. Cela permet de faire oublier que les capitalistes sont les premiers responsables des licenciements. Cela permet de faire financer par la collectivité la formation des salariés aux nouvelles technologies. Cela offre un fromage bien crémeux à une multitude d’organismes privés de formation.

Les patrons veulent que les formations soient les plus proches possible de leurs besoins immédiats. À leurs yeux, un CAP de magasinier-vendeur, un bac pro technicien du bâtiment ou une qualification d’usineur sur commande numérique délivrée par l’Afpa sont des diplômes trop généraux. Ils veulent pouvoir employer immédiatement des travailleurs sur la machine, sans perdre ne serait-ce qu’une semaine à les former à leurs frais. Prêts à licencier des travailleurs qualifiés à la moindre baisse de commandes, ils voudraient en retrouver en claquant des doigts.

C’est le but affiché du nouveau plan gouvernemental. Il prévoit de multiplier les formations pour les adapter aux offres locales d’emplois, ou de réaliser des formations en situation de travail, autrement dit directement dans l’entreprise. Ainsi la région Centre-Val de Loire a financé entièrement la formation de conducteurs de machine de verrerie chez Duralex, sans même imposer que tous les stagiaires soient embauchés à la fin. C’est la généralisation de méthodes pratiquées régulièrement par la grande distribution : sous prétexte de formation, des chômeurs sont employés pendant cinq ou six semaines par Leclerc ou Intermarché, tout en étant payés par Pôle emploi.

Pour accroître encore la souplesse, les formations pourront être dispensées par des organismes privés ayant reçu une habilitation de service public ! Les employeurs auront ainsi recours à des organismes de formation maison, qui se feront payer pour former les travailleurs à leurs postes de travail.

Avec ce plan, le chômage ne reculera pas, mais les patrons feront payer par l’État une part supplémentaire de leurs frais de production, tandis que le marché de la formation professionnelle s’agrandira.

Xavier LACHAU