PSA – La Janais : la coupe déborde

10 Avril 2019

Mardi 2 avril, à l’usine PSA de Rennes-La Janais, la direction a annoncé 20 minutes supplémentaires tous les matins pendant deux semaines à l’atelier Montage. Cela pour rattraper les pannes du week-end précédent.

Il faudrait donc commencer à 5 heures au lieu de 5 h 20 alors que tout le monde est déjà épuisé par un rythme de travail intense, le sous-effectif permanent, les très nombreux samedis supplémentaires qui reviennent deux fois par mois et les jours fériés travaillés.

Le lendemain de l’annonce de ces minutes supplémentaires, une vingtaine d’ouvriers d’un secteur de l’atelier ont décidé de protester. Pendant 40 minutes après la première pause, ils n’ont pas repris le travail. Tout l’atelier a été bloqué, provoquant un vent de panique à la direction. Plus une voiture ne sortait des lignes.

Pendant le débrayage, les discussions allaient bon train pour dénoncer les suppressions de postes, les conditions de travail qui se dégradent de mois en mois et les salaires qui restent bloqués depuis des années alors que le PDG Tavares s’augmente de 3 000 euros par jour !

C’est le deuxième débrayage de secteur en un mois dans cette usine réputée pour son « climat social apaisé ». À force d’en exiger toujours plus, la direction provoque des réactions collectives. L’envie de ne plus se laisser faire se propage dans l’usine.

Correspondant LO