Maine-et-Loire : une grève populaire et militante

10 Avril 2019

Dans le Maine-et-Loire, la grève des enseignants du jeudi 4 avril a été un succès. Dans la continuité du mouvement de grève reconductible décidé le 19 mars et commencé le 25, cette journée est celle où il y a eu le plus de grévistes.

Très suivi dans les écoles, dont plus d’une centaine étaient fermées, le mouvement a aussi entraîné des enseignants du secondaire. Le 4 avril, les grévistes et les parents d’élèves ont défilé à plus de 2 000 dans les rues d’Angers. Les parents d’élèves, très impliqués dans le mouvement de protestation, notamment dans les secteurs ruraux et les quartiers populaires, voient bien ce que veut dire encore moins de services publics de proximité. Ils savent que la suppression des directeurs d’écoles, veut dire moins d’interlocuteurs pour aider les familles dans leurs démarches administratives. Formulant leur rejet des projets de Blanquer sans tourner autour du pot, ils déclarent refuser « des écoles pour riches d’un côté et des écoles pour pauvres de l’autre ».

Du côté des enseignants, ce n’est pas seulement la loi Blanquer qui met en colère, mais aussi le projet de réforme de la fonction publique et la volonté affichée par le gouvernement de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires avant fin 2022. Les grévistes ont en tête les réformes successives appliquées à France Télécom, à La Poste, à la SNCF. Réductions d’effectifs, embauche de travailleurs contractuels précaires, liquidation des services rendus à la population pour faire des économies : ils ne veulent pas que ce scénario catastrophe gangrène encore plus l’Éducation nationale.

La grève reconductible, impliquant quelques centaines d’enseignants sur les milliers que compte le département, est coordonnée par un comité d’organisation, élu par l’assemblée départementale des grévistes. Dynamique, la grève a réussi à entraîner de nombreux enseignants jusqu’alors dans l’expectative. Elle a permis que se tiennent chaque jour des actions diverses et variées aux quatre coins du Maine-et-Loire et a été pour beaucoup dans le succès des manifestations du 30 mars et du 4 avril.

L’assemblée départementale du 4 avril, regroupant plus de 300 enseignants, a appelé à poursuivre la grève au retour des vacances, le 23 avril. La continuation du mouvement dépendra bien sûr de ce qui se passe dans les autres départements. En attendant, des actions communes avec les parents d’élèves sont prévues pendant les congés de printemps, afin de continuer à dénoncer les économies faites aux dépens des travailleurs de l’Éducation nationale et des élèves.

Correspondant LO