Famar – Orléans : les débrayages ont payé

27 Mars 2019

Les travailleurs de l’usine Famar d’Orléans, un sous-traitant pour l’industrie pharmaceutique, se sont mobilisés pour les salaires.

Cette année, la direction proposait pour tout le monde une augmentation individuelle de 1,8 %. Le 19 mars, à l’appel de la CGT, la quasi-totalité de ceux de la production, soit plus d’une centaine, se sont retrouvés en assemblée générale pour dénoncer des propositions ressenties comme dérisoires et surtout inéquitables.

Comme chaque année, les augmentations individuelles sont distribuées à la discrétion de la direction. Elles ne prévoient pas de rattrapage pour les plus bas salaires mais, au contraire, creusent encore les inégalités ; 1,8 % d’un smic est bien peu, comparé au même pourcentage d’un salaire de cadre supérieur. Cette mesure est un affichage du mépris envers les travailleurs les moins payés.

L’assemblée des grévistes a voté la décision de débrayer deux heures tous les jours en milieu de poste, afin d’obtenir des augmentations générales de 50 euros pour les plus bas salaires, et de 40 euros pour les autres, ainsi qu’une revalorisation de toutes les primes. Le lendemain mercredi 20 mars, les productions étaient quasiment paralysées. Les travailleurs, encore plus nombreux en assemblée générale, décidaient de reconduire le mouvement.

Jeudi 21, la direction, comptant sur l’essoufflement du mouvement, annonçait la clôture des négociations pour le lendemain. Mais, suite à un nouveau vote des assemblées générales, une délégation demandait à la direction de rouvrir les négociations sur-le-champ : elle lui faisait savoir que les travailleurs étaient déterminés à continuer le mouvement, et que les enchères allaient monter. Le jour même, la direction cédait sur toutes les revendications.

Les participants au mouvement en sortent renforcés, fiers de s’être fait respecter et d’avoir eu, pour l’instant, le dernier mot.

Correspondant LO