Juppé-Macron : au service des mêmes maîtres

06 Mars 2019

Au cours d’un petit déjeuner le 28 février, Juppé a renvoyé l’ascenseur à Macron pour sa nomination au Conseil constitutionnel. Il a même démarré sa campagne électorale pour les européennes.

En expliquant qu’il souhaite que ces élections offrent « un vrai choix entre ceux qui croient en l’Europe, qui y croient vraiment, et ceux qui n’y croient pas vraiment ou pas du tout », Juppé reprend exactement ce que dit Macron. Et quand c’est lui qui l’affirme, ce vieux routier de la droite dont Chirac avait dit qu’il était le meilleur d’entre eux, c’est encore mieux pour rallier au président une partie de l’électorat de droite. Surtout qu’en matière de cohabitation Juppé n’est pas un novice. Entre mars 1993 et mai 1995, il était ministre des Affaires étrangères du gouvernement Balladur, sous la présidence de Mitterrand.

En faisant nommer Juppé au Conseil constitutionnel, Macron s’est donc offert un communicant. Pour 13 300 euros net par mois, à la charge de l’État et pendant neuf ans, c’est une bonne affaire.

Jean SANDAY