Air France-KLM : union et surtout rivalité

06 Mars 2019

Au moment où Macron lance sa campagne des européennes en réclamant une « renaissance de l’Europe », la passe d’armes entre les gouvernements néerlandais et français autour du contrôle des actions de la compagnie Air France-KLM illustre combien l’Union européenne est une union entre brigands.

Air France et KLM, tout en restant deux compagnies distinctes, forment une même entreprise depuis avril 2004, date à laquelle Air France a racheté une partie des actions de la compagnie néerlandaise qui se trouvait au bord du dépôt de bilan. Au même moment, Chirac étant à l’Élysée, Air France était privatisé. Depuis, au fil des acquisitions et des prises de participation dans des compagnies concurrentes ou des multiples restructurations qui se sont systématiquement traduites par des suppressions d’emplois, l’État français est resté l’actionnaire majeur du groupe Air France-KLM avec un peu plus de 14 % des actions. Or, à la fin février, l’État néerlandais a décidé de racheter en toute discrétion des actions Air France-KLM sur les marchés boursiers en vue de monter au capital, pour atteindre lui aussi les 14 %.

Cette décision a provoqué les foudres de Le Maire et de Macron, furieux d’avoir été mis devant le fait accompli. Cependant, aux Pays-Bas, la presse comme les responsables politiques ont sans surprise salué cette opération, présentée comme un moyen de défendre les intérêts de la compagnie KLM, qui réalise 80 % des bénéfices du groupe. Il s’agissait de garantir la place menacée de l’actuel PDG de KLM, et surtout de contrer les plans de la direction du groupe qui veut réduire KLM au rôle de prestataire de second plan derrière Air France. En France, sans plus de surprise, les médias comme les ministres ont dénoncé cette « opération inamicale ».

Les ministres ont fini par se rabibocher devant les caméras, mais on voit là combien les accords commerciaux ou industriels au sein de l’Union et les grands discours sur « l’industrie européenne » cachent des rapports de force et des intérêts divergents, chaque État défendant les intérêts de ses capitalistes.

Les travailleurs de chaque pays, eux, n’ont vraiment aucune raison d’emboîter le pas à leur propre gouvernement. En signant un communiqué commun pour dénoncer « le faible empressement du gouvernement français » à « défendre le pavillon français », les directions de quatorze syndicats d’Air France ont fait passer des vessies pour des lanternes. La défense des travailleurs en matière d’emplois et de salaires, qu’ils soient français ou néerlandais, n’a rien à voir avec la défense d’un pavillon.

Xavier LACHAU