Avec la Ligue du LOL, qu’est-ce qu’on rigole !

20 Février 2019

Depuis 2009, une trentaine de membres d’un groupe Facebook, la Ligue du LOL (LOL, c’est-à-dire « laughing out loud », rire aux éclats), se livraient au cyberharcèlement. Leurs victimes, sur Twitter notamment, étaient principalement des femmes journalistes, souvent précaires. Les harceleurs, eux, étaient surtout des hommes, occupant souvent des postes de direction dans des organes censés être de gauche (Slate, Libération, Les Inrockuptibles…). Les victimes hésitaient d’autant plus à réagir qu’elles risquaient d’y perdre leur emploi. Il a fallu dix ans pour que l’affaire soit révélée et que des sanctions soient prises.

Il paraît que faire des plaisanteries bien grasses sur leurs collègues amusait ces messieurs, bien cotés par ailleurs en tant que faiseurs d’opinion. À voir la profondeur de leur pensée, on est pris de vertige.