CTM – Saint-Denis : les chauffeurs de car en colère

13 Février 2019

Les chauffeurs de car du Centre technique municipal (CTM) de Saint-Denis sont en grève depuis le 23 janvier. Ils sont six chauffeurs sur huit à occuper jour et nuit leur lieu de travail.

En effet la municipalité PC a décidé de ne plus verser la prime de panier quand les chauffeurs sont en déplacement sur Paris et la Petite couronne, de ne plus leur payer leurs heures supplémentaires comme c’était le cas précédemment, de leur retirer également une heure et demie sur une journée de déplacement, au titre de la pause méridienne. Lorsqu’ils transportent des enfants au bord de la mer, les chauffeurs n’ont pour s’abriter que leur car. Ils considèrent à juste titre qu’ils sont au travail. De telles décisions peuvent amputer leur feuille de paie de près de 300 euros par mois.

Alors que le maire de Saint-Denis, comme d’autres élus, affiche son soutien au mouvement des gilets jaunes, les grévistes s’indignent dans un tract : « Féliciter les gilets jaunes pour leur combativité et ignorer ceux qui souffrent du pouvoir d’achat dont vous les privez dans votre collectivité ? » Depuis 20 jours environ, les chauffeurs demandent à être reçus par le maire, mais ce dernier exige au préalable qu’ils arrêtent leur mouvement.

Face au mépris de la municipalité, ils ont décidé de bloquer le CTM et d’empêcher les véhicules de sortir. Pour le moment, la seule réponse du maire est l’envoi des huissiers, mais les grévistes ne comptent pas céder face à l’intimidation.

Correspondant LO