Santé : après le lait, les couches contaminées !

30 Janvier 2019

L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a expertisé 23 marques de couches jetables pour bébés, qui contiennent toutes des substances chimiques dangereuses, même celles dites écologiques.

Les couches contiennent du glyphosate et d’autres pesticides interdits depuis plus de quinze ans, des dioxines, des hydrocarbures que l’on retrouve habituellement dans la fumée de cigarette ou des moteurs diesel, en tout une soixantaine de produits chimiques, dont certains sont cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques, ou sont considérés comme des perturbateurs endocriniens.

Comment ces produits toxiques arrivent-ils dans les couches ? Certains sont volontairement ajoutés par les industriels pour les parfumer, et seraient les plus faciles à éliminer. D’autres viennent de la pollution des matières premières (comme des pesticides dans la cellulose), ou des procédés de fabrication comme le blanchiment, le collage ou l’utilisation de fortes chaleurs. Les experts ont aussi découvert que des nanoparticules de silice sont employées au cours de la fabrication, alors que l’utilisation de nanoparticules est soumise à une déclaration obligatoire. Leur rapport souligne que les auditions des fabricants « n’ont pas permis de connaître avec précision la nature des matériaux » utilisés, ni les « auxiliaires de fabrication comme les colles par exemple, ou les substances ajoutées intentionnellement (parfums, encres, etc.) »

Modifier les procédés de fabrication de façon à éliminer complètement la présence de toxiques dans les couches jetables n’est peut-être pas facile. Mais le refus des industriels de communiquer la liste de leurs composants démontre qu’on ne peut leur faire aucune confiance pour y mettre tous les moyens possibles.

Hélène COMTE