Glyphosate : Monsanto s’occupe de tout

23 Janvier 2019

Dans son rapport d’évaluation du glyphosate en 2017, réalisé à la demande de l’Union européenne, l’Institut fédéral d’évaluation des risques allemand (BfR en allemand) a repris, souvent mot pour mot, le dossier d’homologation transmis aux mêmes autorités européennes par le groupe Monsanto quelques mois auparavant.

Le pot aux roses (empoisonnées) avait été révélé dès septembre 2017, et vient d’être précisément évalué par un journaliste et un biochimiste, associés à une ONG et mandatés par trois députés européens. Il faut dire que les soi-disant experts de BfR ne s’étaient pas donné beaucoup de peine pour dissimuler leur plagiat : 70 % des chapitres clés de leur évaluation seraient des copiés-collés purs et simples du rapport initial de Monsanto. Rien d’étonnant donc à ce que le rapport ait conclu à la non-fiabilité des études scientifiques indépendantes menées sur le glyphosate, qui pointaient un risque cancérogène de l’herbicide. Cette manipulation grossière a en tout cas servi de fondement à la décision prise par l’Union européenne de le ré-autoriser, fin 2017.

Monsanto fournit à la fois le produit… et les expertises qui permettent à des parlementaires pas trop regardants de voter les autorisations de ce produit. Cela facilite les bonnes affaires !

Jacques Le Gall