Nord-Mayenne : tous ensemble pour l’hôpital

17 Janvier 2019

Samedi 12 janvier, plus de 2 000 manifestants ont parcouru les rues de la ville de Mayenne, afin de réclamer plus de moyens pour le Centre Hospitalier du Nord-Mayenne (CHNM).

Le 31 décembre 2018, la maternité du CHNM avait été fermée provisoirement, faute de médecin anesthésiste. Un appel à manifester de l’association Audace 53 fut aussitôt relayé par les syndicats et les différentes associations d’usagers du secteur. La crainte était grande de voir cette fermeture provisoire devenir définitive. Le CHNM dans son ensemble est sur la sellette, et les usagers craignent de le voir devenir ce que les agences régionales de santé (ARS) appellent hôpital de proximité, c’est-à-dire un établissement dépourvu de services essentiels tels que la chirurgie et la maternité.

L’association Audace 53 a été créée en 2016 pour défendre l’hôpital public en Mayenne et sa première manifestation avait rassemblé plus de 1 000 personnes. Pour essayer de désamorcer la première manifestation de 2019, l’ARS a tenté quelques gestes : vendredi 11 janvier, l’arrivée d’un médecin anesthésiste a permis la réouverture de la maternité ; et un crédit de 7,7 millions a été accordé au CHNM. Salariés et usagers n’en ont pas moins rappelé leurs revendications dans la rue. Samedi 12 janvier, dès 10 h 30, la « cale », lieu de rendez-vous habituel à Mayenne, était noire, voire rouge ou jaune de monde. Les usagers, les syndicats et aussi les militants gilets jaunes du département étaient présents pour une manifestation qui était la plus importante dans les rues de la ville depuis mai 1968.

Cette manifestation réussie ne suffira certes pas à faire reculer les pouvoirs publics, mais c’est la voie à suivre pour ne pas laisser le gouvernement traiter la santé comme une marchandise.

Correspondant LO