Nokia – Nozay : nouveau plan de licenciements

17 Janvier 2019

À Nozay, dans l’Essonne, sur le site Nokia Paris Saclay, les salariés ont appris mardi 15 janvier la décision du groupe de procéder à un nouveau plan mondial de licenciements : 2 100 suppressions de postes sont programmées en Europe dont 460 en France à Nozay et à Lannion, dans les Côtes-d’Armor.

Ces emplois seraient supprimés dans les services généraux et administratifs, c’est-à-dire toutes les activités en dehors de la R&D (Recherche et Développement), incluant toutes les activités commerciales, soit environ 1 400 salariés en France. Parmi ceux-ci, Nokia veut donc supprimer un emploi sur trois !

Ce sont déjà les mêmes services qui ont été les plus touchés dans les plans précédents : 400 emplois supprimés en 2016, 450 en 2017.

Par ailleurs, les sous-traitants vont se voir appliquer de sévères restrictions de budget avec des suppressions de postes au nettoyage et sur l’entretien et le fonctionnement du site.

Dans tous les secteurs, c’est l’inquiétude, même en R&D où la direction vient de faire sur les réseaux mobiles une réorganisation qui promet d’autres mesures d’économie.

Pourtant, le site est dédié aux réseaux mobiles du futur, la 5G, pour laquelle Nokia annonce un avenir prospère.

Nokia n’a aucune difficulté financière. Les actionnaires ont reçu en dividendes et en rachat d’actions, 4,4 milliards d’euros en 2015-2016, 1,8 milliard en 2017 et encore 1,8 milliard en 2018. Les salariés de Nokia n’ont aucune raison d’accepter une nouvelle saignée dans l’emploi.

Correspondant LO