Macron en Normandie : partie de campagne

17 Janvier 2019

Le 15 janvier Macron a réuni 600 maires de communes rurales de Normandie sept heures durant dans le village de Grand Bourgtheroulde.

Il les a écoutés égrener leurs demandes en termes polis car filtrés par le respect qu’un élu est censé porter aux institutions. Cette opération de communication censée lancer le grand débat a ensuite consisté à répondre comme Macron le fait maintenant depuis deux semaines : on peut parler de tout mais surtout ne décider de rien. Il ne changera pas sa politique qui réussit si bien aux riches et aux actionnaires et, pour le reste, on amusera la galerie en attendant que ça se tasse.

Avant la mise en scène institutionnelle, Macron avait fait la saynète de la conversation de bistrot, déclarant qu’il fallait responsabiliser les pauvres car certains d’entre eux « déconnent ». Le fils de médecin-énarque-banquier-ministre-président qui la joue populaire n’est que ridicule. Le fondé de pouvoir du grand capital qui parle de responsabiliser des pauvres que sa politique fabrique en permanence, c’est vieux comme la bourgeoisie.

La réunion aurait été plus enlevée si les manifestants avaient réussi à pénétrer le village, mais la police était là en nombre pour les en empêcher. Dommage, cette fois au moins un Président aurait pu être moulé à la louche en Normandie…

Paul GALOIS