CAC 40 : au bonheur des actionnaires

17 Janvier 2019

Les quarante plus grandes entreprises françaises cotées en Bourse, qui constituent le CAC 40, ont versé en 2018 à leurs actionnaires 57,4 milliards d’euros de dividendes, après avoir réalisé 92 milliards de bénéfices en 2017.

C’est un record depuis dix ans : 12,8 % de plus qu’en 2017, et 62 % de plus qu’en 2009, en pleine crise. Et, comme les bénéfices ont probablement augmenté en 2018, même si les bilans ne sont pas encore bouclés, certains prévoient que le record sera encore battu en 2019.

Total a versé les dividendes les plus importants, 10,1 milliards, suivi de Sanofi, BNP Paribas, Axa, LVMH, L’Oréal et Schneider. Et ces sept entreprises à elles seules versent 29 milliards, la moitié du total des dividendes. Pour soigner leurs actionnaires, ces grandes entreprises ont plusieurs solutions. Sur les 57,4 milliards de dividendes, 10,9 milliards ont été consacrés à des rachats d’actions. Cette opération à la mode consiste pour une entreprise à racheter ses propres actions, de façon à ce que les actionnaires restants soient moins nombreux et qu’ils aient droit à une part plus importante des dividendes. D’autres entreprises choisissent de verser une partie des dividendes sous forme de nouvelles actions offertes aux actionnaires.

Dans tous les cas, ces sommes astronomiques ont été obtenues en aggravant l’exploitation des travailleurs, en licenciant, en fermant des entreprises au nom de la productivité. Et elles serviront pour l’essentiel à alimenter la spéculation, faisant ainsi planer la menace d’une crise financière aux conséquences catastrophiques. Ce système économique aberrant ne mérite que de disparaître.

Hélène COMTE