Vingt-trois années de vide

09 Janvier 2019

La commission nationale du débat public (CNDP) censée organiser le « débat national », a été créée en 1995. Elle était présentée à l’origine comme un garde-fou en faveur de l’écologie et de la protection des populations dans les projets d’aménagement.

Deux exemples montrent son impuissance. À propos de la décision d’enfouir à Bure des déchets hautement radioactifs, la CNDP relevait en 2013 que « les pouvoirs publics n’avaient aucunement tenu compte du débat de 2005-2006. L’attribution de marchés, en plein débat public, comme si tout était déjà décidé, est particulièrement dommageable. ». Depuis, un organisme officiel, l’Autorité de sûreté nucléaire, a aussi pointé les risques d’incendie, mais c’est sans conséquence pour le « débat » que le gouvernement mène à Bure, à coups d’interventions policières contre la population.

En Guyane, le projet minier de la Montagne d’or a aussi été un sujet pour la CNDP. Après quatre mois de consultation de la population, sa présidente Chantal Jouanno constatait dans une interview au Journal de l’environnement de septembre que les dés étaient pipés dès le départ : « Le débat préalable absolument nécessaire aurait été de savoir si l’on veut exploiter ou pas les mines d’or en Guyane et à quelles conditions. Est-ce que vous voulez exploiter les mines d’or plutôt que l’or alluvionnaire ? Est-ce que vous le faites sous une forme publique ou privée, sous une forme industrielle, ou via des projets plus petits et avec quelle exigence environnementale ? Et ces questions n’ont jamais été posées. » Si c’est la responsable des fameux débats qui le dit….

J. S.