Eternit – Vernon : en grève pour ne pas se laisser voler

09 Janvier 2019

À Vernon dans l’Eure, 80 % des ouvriers de production de la société Eternit (50 salariés au total) sont en grève depuis jeudi 3 janvier.

Anciennement SEA, ils ont été rattachés à Eternit début 2018 et ont perdu depuis une grande partie de la participation aux bénéfices, leurs primes d’équipe et de panier, et jusqu’à leurs tickets restaurant. Le patron prétend avoir créé d’autres primes, mais c’est un jeu de bonneteau où les travailleurs ont été largement perdants.

D’autant qu’il leur a aussi imposé entre autres des pointeuses, une mutuelle plus chère et moins avantageuse que l’ancienne, un changement de prévoyance avec cotisation plus élevée, le passage à une convention collective qui ne correspond plus à leur activité principale (la production de colle et de peintures). Les grévistes dénoncent enfin le licenciement d’un travailleur avec près de 20 ans d’ancienneté et à 18 mois de la retraite, pour un problème de reclassement.

En guise de rattrapage sur ce qu’ils ont perdu, et pour faire face à la hausse du coût de la vie, les grévistes revendiquent notamment 3 % d’augmentation des salaires avec un minimum de 60 euros brut, la création d’une prime trimestrielle de production de 70 euros brut, et bien sûr le rétablissement des primes qui leur ont été retirées.

Correspondant LO