Fonctionnaires : salaires bloqués, assez !

26 Décembre 2018

À l’issue d’une rencontre avec les syndicats vendredi 21 décembre, le secrétaire d’État à la Fonction publique, Olivier Dussopt, a confirmé son refus de toute augmentation de salaire pour les fonctionnaires, soit plus de cinq millions de salariés.

Il s’est retranché derrière les mesures déjà annoncées par Macron. L’augmentation de la prime d’activité touchera une partie des travailleurs payés au smic, mais pas tous, car elle est variable selon la situation familiale. Quant à la défiscalisation des heures supplémentaires, elle ne peut toucher que ceux qui veulent et peuvent en faire, et contraint les salariés à s’épuiser un peu plus au travail pour joindre les deux bouts, alors même que des millions de chômeurs s’épuisent, eux, à chercher un emploi. Le gouvernement a exclu le versement d’une prime exceptionnelle, alors qu’il prétend encourager les patrons à le faire, car cela coûterait paraît-il 5 milliards d’euros. Selon Dussopt, ce serait une somme colossale ; c’est pourtant ce que rapportait l’ISF au budget de l’État, avant d’être supprimé.

Quant au point d’indice qui sert de base au calcul des rémunérations des fonctionnaires, il restera gelé comme il l’est depuis 2010, à l’exception de deux revalorisations minimes de 0,6 % en 2016 et 2017. Autant dire que le gouvernement n’a absolument rien annoncé sur le seul plan qui pourrait résoudre les problèmes de fin de mois des salariés du secteur public : de réelles augmentations de salaire, et leur indexation sur les prix.

Face à cette fin de non-recevoir, l’attitude des syndicats de fonctionnaires reste attentiste. Ils se prépareraient à organiser une journée d’action en janvier. Le mouvement des gilets jaunes a pourtant bien rappelé que c’est le rapport de force qui paie, et non les discussions dans des salons feutrés.

Claire DUNOIS