Impôts : aux patrons de payer !

28 Novembre 2018

« On doit expliquer aux gens ce qu’il y a en face de leur impôt car si personne ne le fait, tout le monde va croire que c’est normal que l’école soit gratuite ou que la collectivité paye quand on arrive en fin de vie », a osé déclarer Macron pour conclure son intervention télévisée du mardi 27 novembre.

Il reprenait ainsi le refrain ânonné par les journalistes depuis le début de la contestation des gilets jaunes : comment se fait-il que les gens ne consentent plus à payer l’impôt ? La réponse a été apportée, sans ambiguïté, par les hommes et les femmes interrogés sur les barrages, de l’Eure à l’Ardèche, du Tarn à la Somme : « On paie des taxes et des impôts et les classes ferment dans nos villes » ; « Il faut faire 40 km pour passer une radio » ; « La maternité et l’hôpital ont fermé » ; « J’ai une petite retraite et je dois payer 500 euros de complément pour ma mère en Ehpad : je fais comment ? »

Les impôts sont payés massivement par les classes populaires, avec la TVA, la CSG, les taxes sur le carburant, l’impôt sur le revenu, etc., mais ils profitent avant tout aux capitalistes. Si l’école est certes gratuite, à condition de ne pas tenir compte des fournitures scolaires et en excluant l’enseignement supérieur, la construction, l’entretien et les équipements des collèges et des lycées sont une manne pour des entreprises privées. Dans la santé, les usagers doivent payer le forfait hospitalier, les franchises sur les boîtes de médicaments, les dépassements d’honoraires, des reste-à-charge sur les soins dentaires, les lunettes, tout en payant des mutuelles de plus en plus chères. Ceux qui profitent de la Sécurité sociale sont d’abord les laboratoires pharmaceutiques comme Sanofi, les entreprises qui fournissent les scanners, IRM et autres bijoux technologiques, ceux qui construisent les hôpitaux, et les banques qui prêtent les capitaux. Quant à la fin de vie, que Macron ose prétendre gratuite, des centaines de milliers de personnes ne savent pas comment financer le séjour de leurs parents dans des Ehpad hors de prix, le plus souvent gérés par des groupes privés, avec des conditions inhumaines pour ceux qui y travaillent comme ceux qui y séjournent. Les autoroutes, construites avec l’argent public, sont concédées à Vinci, Eiffage ou autres sociétés privées qui rackettent les automobilistes à chaque passage, pour alimenter leurs profits.

Voilà pour les services dits utiles à la population. Mais l’argent des impôts sert encore à arroser directement les mêmes capitalistes sous de multiples formes : 40 milliards d’euros en 2019 pour le CICE (crédit impôt compétitivité emploi), 4 à 6 milliards par an pour le CIR (crédit impôt recherche), 45 milliards par an pour rembourser les intérêts des emprunts d’État, 35 milliards chaque année pour l’armée, pour enrichir Dassault ou Thales et défendre les intérêts de Bolloré ou Areva en Afrique.

L’État et son budget étant entièrement au service des capitalistes et des riches, ce serait à eux, et à eux seuls, de payer pour son fonctionnement !

Xavier LACHAU