Trotsky et l’attentat de Grynszpan

14 Novembre 2018

Le 30 janvier 1939, Trotsky écrivait à propos de l’attentat commis à l’ambassade d’Allemagne :

« Nous, marxistes, considérons la tactique du terrorisme individuel comme inopérante pour les tâches de la lutte libératrice du prolétariat ou des peuples opprimés. Un seul héros isolé ne peut pas remplacer les masses. Cependant, nous ne comprenons que trop bien le caractère inévitable de ces actes convulsifs de désespoir et de vengeance. Toutes nos émotions, toute notre sympathie vont aux vengeurs qui se sacrifient, même s’ils n’ont pas trouvé la voie juste. Notre sympathie est d’autant plus grande que Grynszpan n’est pas un militant politique, mais un jeune, inexpérimenté, presque un enfant, dont le sentiment d’indignation a été l’unique conseiller. (…)

Les staliniens ont glissé dans l’oreille de la police que Grynszpan fréquentait des « réunions de trotskystes ». Malheureusement, ce n’est pas vrai car, s’il avait circulé dans le milieu de la IVe Internationale, il aurait trouvé une issue toute différente et plus efficace à son énergie révolutionnaire. Ils deviennent rares les gens qui soient même capables de s’indigner contre l’injustice et la bestialité. Mais ceux qui, comme Grynszpan, sont capables d’agir conformément à ce qu’ils pensent, prêts au sacrifice de leur vie, sont le précieux levain de l’humanité. »