Les résultats du Working Class Party

07 Novembre 2018

Le Parti de la classe ouvrière, le Working Class Party, soutenu par les militants de groupe trotskyste The Spark (L’étincelle), présentait onze candidats dans le Michigan, un État industriel du Midwest. Voici quelques-uns de leurs résultats, encore incomplets à l’heure où nous écrivons.

Cinq candidats étaient en lice pour la Chambre des représentants, au Congrès fédéral. Dans la circonscription qui compte notamment la ville de Flint, marquée ces dernières années par le scandale de l’eau contaminée au plomb, Kathy Goodwin obtient 12 645 voix (4,57 %). Dans les circonscriptions qui recoupent l’agglomération de Detroit, la grande ville de l’État, Andrea Kirby, employée de la compagnie d’assurance médicale Blue Cross, obtient 6862 voix (2,25 %) ; Gary Walkowicz, travailleur de Ford, obtiendrait environ 2,2 % ; et Philip Kolody, environ 1,8 %. Sur la base des dépouillements dans trois quarts des bureaux de vote de son district, Sam Johnson (auteur du livre Toute ma vie j’ai lutté) obtiendrait 8 %.

Mary Anne Hering et Logan R. Smith étaient en lice pour le Conseil à l’éducation de l’État, un scrutin à l’échelle de tout le Michigan. Ils obtiendraient respectivement au moins 106 000 voix (1,75 %) et 77 000 voix (1,27 %).

Enfin, quatre candidats se présentaient au Sénat du Michigan. Thomas Repasky obtient 2 954 voix (2,34 %) ; Louis Palus 1 313 voix (1,2 %) et Hali McEachern 1930 voix (2,96 %) ; le résultat de Larry Betts n’est pas encore connu.

Quoi qu’il arrive, ces résultats permettront au Working Class Party de garder son statut de parti aux termes de la loi du Michigan, sans devoir faire une nouvelle campagne de signatures. Ils montrent qu’il existe, au moins parmi les travailleurs du Michigan, un courant, certes minoritaire, se reconnaissant dans l’idée de l’indépendance politique de la classe ouvrière.

Les résultats complets figureront prochainement sur www.workingclassfight.com

M.B.