Euronaval : la guerre, un marché porteur

24 Octobre 2018

Les fournisseurs des marines militaires du monde entier tiennent salon au Bourget du 23 au 28 octobre. Le marché pesant 45 milliards de dollars annuels, en progression régulière, et la France étant un des leaders de ce triste secteur, Macron et sa ministre de la Défense ont visité le salon à l’ouverture.

La ministre a rappelé les dernières augmentations du budget militaire votées par son gouvernement, et répété que le pays consacrerait bientôt 2 % de sa richesse totale à son armée. Pour le prouver, elle a annoncé le début des études pour la construction d’un nouveau porte-avions nucléaire. L’annonce est allée droit au cœur des industriels concernés, c’est-à-dire tout le gratin des marchands de mort, Dassault, Thales, Naval-Group, Safran, Airbus etc.

En plus des habituelles commandes gouvernementales, l’avenir sourit à ces entreprises. L’époque serait « porteuse » pour leur commerce, selon les termes des commentateurs spécialisés. Les guerres ouvertes et les tensions internationales sont leurs arguments de vente. L’engagement de leurs navires, de leurs missiles, de leurs aéronefs, de la Libye au Yémen, sont autant de démonstrations commerciales. Les présidents, ministres et officiers sont leurs visiteurs de commerces. Les villes détruites sont les preuves de leur efficacité.

Ce sont ces gens-là, avec le soutien des gouvernements des grandes puissances, des grandes banques et de toutes les institutions internationales, qui préparent notre avenir.

Paul GALOIS