À Caudebec, fiers et unis !

24 Octobre 2018

Chez McDonald’s, les salariés travaillent du lundi au dimanche, parfois jusqu’à minuit. Ils doivent souvent rester dix heures debout dans la même journée et porter de lourdes charges, ce qui casse le dos et les poignets.

La maîtrise fait pression pour les empêcher de prendre des arrêts maladie car « la bonne marche de l’entreprise en serait perturbée »... Comme la plupart d’entre eux sont dans une situation précaire, la direction utilise la menace du licenciement.

L’une des travailleuses du restaurant de Caudebec-lès-Elbeuf, en Seine-Maritime, risquait ainsi d’être licenciée suite à un arrêt maladie. Ses camarades de travail ont répondu collectivement, par la grève, à cette menace inadmissible et révoltante.

Mardi 16 octobre, 100 % de l’effectif était en grève et une quinzaine de travailleurs en repos se sont joints à eux. Au total, une quarantaine de grévistes étaient présents, auxquels se sont ajoutées des délégations des entreprises des environs, de Renault Cléon, Carrefour, ACE, Leclerc, ou de la Fonction publique, venues apporter leur soutien.

Le lendemain, la direction reculait et annonçait l’annulation du licenciement. Une victoire qui montre que la solidarité, la mobilisation, et la grève sont les armes des travailleurs !

Correspondant LO