Des sportifs engagés

10 Octobre 2018

Le 16 octobre 1968, deux athlètes Noirs américains, Tommie Smith qui venait de remporter le 200 mètres et John Carlos troisième de la course, montaient sur le podium des jeux Olympiques. Devant les caméras du monde entier, ils levaient un poing ganté et baissaient la tête pendant que retentissait l’hymne américain.

Ils affirmaient ainsi publiquement leur solidarité avec la lutte des Noirs américains contre l’oppression raciste des États-Unis. En 1968, ce vaste mouvement était entré dans une phase radicale en revendiquant le pouvoir, le Black Power.

Les dirigeants du sport américain ne supportèrent pas ce défi : Tommie Smith et John Carlos furent expulsés du village olympique et leur carrière de sportifs de haut niveau fut entravée. Ils furent aussi harcelés par le FBI. Leur courage, car ils savaient que les autorités américaines ne leur feraient pas de cadeau, rappelle celui du boxeur Muhammad Ali. Ayant refusé, deux ans plus tôt, d’être incorporé à l’armée américaine et de partir faire la guerre au Vietnam, il avait été déchu de son titre de champion du monde.

Il y a deux ans, le footballeur américain Colin Kaepernick s’est inspiré de ces sportifs des années 1960, en s’agenouillant et en baissant la tête au moment où se joue l’hymne national des États-Unis avant le match. Par ce geste, il exprime sa protestation contre les meurtres racistes et les violences policières à l’encontre des Noirs. Kaepernick a entraîné d’autres footballeurs ainsi que des basketteurs dans cette protestation. Lui aussi l’a payé et se retrouve à présent sans club.

L. D.