Université Paris 1 Tolbiac : la grève continue

03 Octobre 2018

Lundi 1er octobre était le douzième jour de grève des agents logistiques du service intérieur de Tolbiac (centre Pierre-Mendès-France de l’Université Paris 1) pour la réintégration des deux collègues de l’accueil. Ceux-ci ont vu leur contrat non renouvelé sans motif, brutalement, et l’ont appris du jour au lendemain.

Devant ce comportement injuste, tous les agents logistiques du service intérieur se sont mis en grève ensemble pour la première fois le 3 septembre. Après encore plusieurs jours de grève, celle-ci a été reconduite tous les jours à partir du 24 septembre. Ce jour-là, un premier rassemblement de soutien a permis de mobiliser, outre les agents logistiques, du personnel administratif et technique, des enseignants et de nombreux étudiants.

Chaque jour, les grévistes s’installent dans la « fosse », à l’entrée du centre Tolbiac, pour continuer à s’adresser aux collègues et aux étudiants. La pétition qu’ils font signer avait obtenu plus de 3 200 signatures au 1er octobre. Les grévistes sont allés plusieurs fois expliquer la situation aux étudiants dans les amphithéâtres, en étant largement applaudis. Des collègues des autres services viennent passer du temps dans la fosse, ou expriment leur solidarité lors des nombreuses tournées de bureaux des grévistes dans les étages. Les étudiants ont organisé un petit-déjeuner au profit de la caisse de grève et plus de 120 enseignants ont signé un courrier adressé à la présidence pour lui demander d’intervenir.

Il faut dire que, mardi 25 septembre, les grévistes se sont vu claquer la porte au nez alors qu’ils s’étaient déplacés à la présidence de l’université, place du Panthéon. Puis ils ont été complètement ignorés par trois vice-présidents de l’université, qu’ils attendaient à la sortie d’une de leurs réunions.

Le deuxième rassemblement, le 1er octobre, autour de pizzas, a été un nouveau succès, et de nombreux soutiens de l’université ou extérieurs ont pris la parole.

Les grévistes sont retournés au Panthéon le même jour pour exiger une rencontre avec le président et cette fois ils ont été reçus par deux vice-présidents. Il faut dire que, comme le rappelait un des travailleurs lors du rassemblement, ce sont eux qui préparent les salles et font tourner l’université.

Les grévistes ont pu dire franchement leur avis sur l’injustice de la situation, dénoncer les propos calomnieux contre leurs collègues et redire qu’ils exigent le renouvellement des contrats.

En attendant une réponse sérieuse, la grève continue !

Correspondant LO